Economie horlogère : un bilan très positif pour le 1er semestre 2012
Le 4 septembre 2012 par Alex Decresus

photo prise à Baselworld le salon mondial de l'horlogerieLe vrai luxe, que les grandes maisons horlogères suisses connaissent aujourd’hui, c’est d’afficher des chiffres exceptionnels, tandis que beaucoup d’autres secteurs sont confrontés à la crise. Les chiffres des grands groupes tels que LVMH ou PPR en disent d’ailleurs long sur leur santé financière, tout comme les chiffres des exportations suisses au global… Détails.

Après avoir subi la crise économique de 2009 de plein fouet, les géants du luxe ont renoué avec des chiffres d’affaire en hausse. Citons un C.A. 2011 en hausse de 22.6% pour PPR (Jean Richard, Girard Perregaux, Boucheron…) et de +16.4% pour LVMH (Tag Heuer, Zenith, Hublot…), qui permet à ces groupes de grandir encore en rachetant de nouvelles marques de haute horlogerie ou joaillerie, mais aussi de se positionner sur de nouveaux terrains, sur le web, à l’étranger auprès des pays émergents, deux leviers formidables de croissance…
En effet, si l’on en croit les chiffres de l’industrie horlogère suisse pour le premier semestre 2012, ce sont bien les pays asiatiques qui enregistrent le meilleur chiffre et qui continuent leur progression sans montrer aucun signe de faiblesse.

Cresus boutique de cannes
Tous les mois de ce semestre démontrent une croissance soutenue, malgré le fait que les plus gros acheteurs du marché aient enregistré un recul au mois de juillet. Hong Kong (+25,7%) et la Chine (+16,2%), se tiennent tout en haut du classement général du semestre en première et troisième position, avec les Etats-Unis en progression (+18.3%) en deuxième place et à la quatrième place… la France. L’Hexagone s’est d’ailleurs même classé troisième pays sur le seul mois de juillet avec une croissance de 24.5%, un chiffre assez exceptionnel pour notre nation, en fonction de la saison !

les exportations horlogères groupe swatch copyright Le Temps

Très édifiante, voici la suite du classement des marchés pour lesquels l’industrie suisse a le plus exporté en ce premier semestre 2012 : en 5eme position l’Allemagne, avec une progression de 35,7% par rapport à 2011, l’Italie (+8.6%), le Japon (+31.3%), les Emirats arabes unis (+13,0%), le Royaume Uni (+16,9%), Taiwan (+34,2%), la Corée du Sud (+29,8%), l’Espagne (-0,2%), l’Arabie Saoudite (+18,1%) et enfin la Thailande (+4,7%).
Ce premier semestre, Hong Kong a donc confirmé sa première place, les Etats-Unis affichent un chiffre stable, et la Chine a été un peu ralentie tout en gardant une position significative. Les pays européens sont toujours bien présents.

Montre Patek Philippe Nautilus 5711 1A

Au niveau des produits eux-mêmes, on note que les montres évidement tiennent le haut du pavé, sans comparaison possible avec les horloges, réveils et pendules, mais surtout que la montre en or fait son grand retour : les montres avec métaux précieux ont été préférées à cause de leur valeur sans cesse en train de croitre, elles ont même réussi à rattraper le volume de montres en acier.
Autre fait notoire : ce sont les montres de plus de 3’000 francs suisses qui ont permis cette croissance fulgurante.

Les exportations horlogères suisses dans le monde  © keystone

Aujourd’hui, l’horlogerie représente 10% du total des exportations de la confédération helvétique. En un semestre de l’année 2012, cela représente un marché de 10 milliards, soit l’année 2002 entière, ou encore un montant supérieur désormais à ce que représente le marché des vins et spiritueux pour la France…
Source : Fédération de l’industrie horlogère suisse.






Laisser une réponse